La doctrine d’Ephraïm

Par le pasteur Malcolm Hedding

‘Mais l’Esprit dit expressément que, dans les derniers temps, quelques-uns abandonneront la foi, pour s’attacher à des esprits séducteurs et à des doctrines de démons…

1 Timothée 4:1

Essentiellement, l’enseignement d’Ephraïm, qui continue de tourmenter tant de chrétiens soutenant Israël, est faux car il est ancré dans l’inexactitude historique et l’exposition irresponsable des Écritures. Bien sûr, ceux qui sont épris de tout ce qui est juif voient dans cet enseignement une occasion de s’identifier comme juifs ! L’enseignement d’Ephraïm est une forme de théologie de remplacement en ce sens qu’en vertu de sa manifestation plus ancienne, l’israélisme britannique, il affirme que les nations du Commonwealth britannique sont en fait les dix tribus perdues d’Israël. Ils ne le savent pas, mais s’ils étudiaient leur histoire, ils le découvriraient, car le mot « British » signifie en fait « homme de l’alliance ». La famille royale britannique serait donc la perpétuation du trône de David puisqu’après la destruction de Jérusalem en 586 avant J.-C., Jérémie aurait apporté la « pierre de couronnement », autrement appelée « pierre de Scone », et les princesses royales dans les îles britanniques.
Dans sa forme plus récente, cette doctrine prend le nom de « La Maison de Joseph » ou celui de « L’enseignement d’Ephraïm ». Pour soutenir cette théorie, deux scénarios sont posés :

  1. Les chrétiens remplacent les dix tribus de l’ancien royaume d’Israël du Nord et font donc partie intégrante d’Israël et, en tant que tels, ont le droit de faire l’Aliyah. (Ils affirment que le Royaume du Nord a été jugé et exilé en raison de sa rébellion contre Dieu, puis rejeté.
  2. Que les chrétiens sont l’ancienne maison d’Israël et que l’œuvre expiatoire de Jésus ne s’étend que jusqu’à eux. Comprenant mal la mission de Jésus, à savoir que le Royaume devait d’abord être offert à Israël, ils appliquent à tort Matthieu 15:24 (Jésus dit : « ….I n’a été envoyé qu’à la maison d’Israël.’) à eux-mêmes et croient ainsi à une expiation limitée. Jésus n’est pas mort pour chaque homme sur la face de la terre (Hébreux 2:9) mais seulement pour la maison d’Israël. Ainsi, un homme zoulou vivant dans les mille collines du Kwazulu-Natal en Afrique du Sud, s’il vient à la foi en Jésus, prouve qu’il est en fait un descendant de l’ancienne maison d’Israël ! Comment il est arrivé là, ils ne peuvent pas vous le dire !
    Tout cela met sens dessus dessous les références de Paul aux Gentils dans le Nouveau Testament. Il s’agit en fait de païens d’Israël ! Jésus n’est jamais vraiment mort pour les vrais Gentils, comme ceux de la jungle amazonienne, car il n’est venu que pour les brebis perdues de la Maison d’Israël. Cela rend également absurde la Grande Commission et le fait qu’un jour, au Ciel, il y aura des gens de toutes les tribus et nations rassemblés au grand Trône de Dieu. (Matthieu 28:19-20 ; Apocalypse 5:9-10) Et pourtant, cette fausse doctrine continue à prendre racine partout, trompant les chrétiens non éduqués et sans méfiance. Elle jette le discrédit sur le ministère biblique valide envers Israël et les ministres ont peur, à juste titre, d’aller dans cette direction car ils craignent que les fous d’Ephraïm ne s’installent et n’affectent leurs troupeaux avec leurs absurdités.
    La vérité est la suivante :
  3. Les tribus d’Israël ont été intégrées par division et dispersion.
    C’est-à-dire qu’avec la division du Royaume Davidique en deux entités après le règne de Salomon, une migration massive du Royaume d’Israël du Nord vers le Royaume de Juda du Sud a eu lieu à cause du Temple de Jérusalem et de l’importance de la ville elle-même. Pour arrêter cette migration, Jéroboam, le roi du Nord, a construit un Temple rival à Samarie avec des rituels païens. Les Écritures affirment qu’il a ainsi fait pécher Israël. (1Rois 12:25-33) Par conséquent, dans le sud, les tribus se sont mélangées, ont vécu ensemble et se sont finalement intégrées. Lentement mais sûrement, le terme Juif est devenu un terme générique pour tout Israël.
    En 722 avant J.-C., le Royaume du Nord est conquis par les Assyriens et emmené en exil. Cet exil se situe au nord et à l’est d’Israël, ce qui signifie que lorsque le Royaume du Sud est conquis par les Babyloniens en 586 avant J.-C., le peuple est transporté dans la même région. Là encore, ils se sont mêlés et intégrés et ont finalement été connus sous le nom de Juifs. (Esther 3:6 ; Néhémie 1:6) Ainsi, les dix tribus du Royaume du Nord ont été perdues uniquement dans le sens où elles ont perdu leur identité tribale. Elles n’ont jamais été perdues dans le sens où elles ont disparu de l’histoire. La preuve en est que Jésus a reconnu qu’en prêchant aux Juifs de son époque, il prêchait en fait à tout Israël. (Matthieu 10:6 ; Matthieu 15:24) De même, Jacques adresse son épître aux… « douze tribus qui sont dispersées ». Il n’écrirait pas de cette manière si les douze tribus étaient perdues ! En fait, ces douze tribus étaient des Juifs qui avaient cru en Jésus lorsque les premiers prédicateurs apostoliques allaient de synagogue en synagogue pour prêcher Jésus. (Actes 13:5)
    Les Juifs qui sont retournés en Israël aujourd’hui sont bien les douze tribus d’Israël et vraiment, comme l’avait prédit Ézéchiel, ils sont retournés sur la terre de leurs ancêtres comme « un seul bâton » et non deux ! (Ezéchiel 37:15-19)
  4. Le livre d’Osée est exposé de manière incorrecte par les enseignants d’Ephraïm.
    Osée avertit Israël qu’il sera jugé pour son iniquité et qu’un peuple qui n’a jamais été le peuple de Dieu (pas mon peuple) sera invité à entrer en communion avec le Dieu d’Israël. (Osée 2:23). Les enseignants d’Ephraïm affirment à tort que ces « pas mon peuple » sont des chrétiens appelés à remplacer Israël ou à une date ultérieure, quelque 2030 ans plus tard, sont les tribus perdues retrouvées dans l’Église chrétienne ! C’est une pure absurdité.
    Notre compréhension de ce qu’Osée voulait dire n’est pas sujette à conjecture, car Paul le clarifie pour nous dans son épître à l’Église romaine. La rébellion du Royaume du Nord contre Dieu et le péché ont retiré son peuple, pour une période, de la grâce de Dieu. Pour les rendre jaloux, Dieu appellera à un lieu de foi et de salut un peuple qui, historiquement, n’a jamais été Son peuple. (Romains 9:30)Ces gens sont de véritables gentils venus du monde entier selon Paul. Ils ne sont pas Israélites, ne l’ont jamais été et ne les remplacent pas. Ce sont des gentils appelés des ténèbres à la grande lumière de Jésus et ils participent aux choses spirituelles d’Israël. (Romains 9:25-26 ; Romains 15:27). De plus, ils sont greffés dans l’arbre spirituel du salut d’Israël et sont donc des citoyens de première classe du Royaume de Dieu et n’ont pas à prouver que d’une manière ou d’une autre ils sont juifs ou israéliens. (Romains 11:17-22)
    Ainsi donc, déduire que les croyants païens sont en quelque sorte les dix tribus perdues d’Israël ou un remplacement de celles-ci et qu’ils ont donc une identité secrète est une contradiction flagrante de l’enseignement de Paul. Assez dit ; l’argument est terminé ! En effet, les croyants païens en Jésus sont l’accomplissement de la promesse que Dieu a faite à Abraham lorsqu’il lui a dit qu’il serait le père de toutes les nations. (Romains 4:13)
  5. Le Nouveau Testament lui-même témoigne du fait que les Juifs dans la dispersion sont en fait les douze tribus d’Israël.
    L’enseignement d’Ephraïm est offensant pour les Juifs car il constitue une nouvelle tentative de les dépouiller de leur identité. Cette doctrine est une tromperie fondée sur la falsification de l’histoire et la déformation de la Parole de Dieu. Elle attaque la notion que Dieu aime le monde entier (Jean 3:16) et qu’il a donné son Fils pour mourir pour lui. Elle sape également le caractère complet de l’œuvre de Jésus lorsque ses disciples commencent à observer les rituels, les sabbats et les fêtes juives. Paul met en garde contre tout cela. (Colossiens 2:6-10 ; 11 ; 16-19)
    Jésus savait qu’en prêchant aux Juifs de son époque, il prêchait en fait aux douze tribus d’Israël et il a envoyé ses disciples pour faire la même chose et l’a dit. (Matthieu 10:6). Jacques écrit aux Juifs de la dispersion et les appelle les douze tribus (Jacques 1:1) et Pierre fait de même en adressant sa première épître aux « pèlerins de la dispersion ». (1Pierre 1:1) Il s’agissait des Juifs ou d’Israël car les Gentils n’ont jamais été des « pèlerins de la dispersion » comme il le dit.
    Pour conclure, permettez-moi de dire que les Juifs d’aujourd’hui sont un peuple comprenant toutes les tribus originelles d’Israël et que le terme « Juif » est alors devenu une désignation inclusive de toutes les tribus. Ces tribus ne sont nullement perdues car, outre une grande multitude issue de toutes les tribus et de tous les peuples qui apparaîtra au Trône de Dieu à la fin, il y aura aussi les douze tribus d’Israël sauvées. (Apocalypse 7:4-12). Dieu les scelle et les numérote ! Le message ne pourrait être plus clair.

Malcolm Hedding (né en 1952) est un militant anti-apartheid sud-africain, théologien, pasteur évangélique et directeur exécutif de l’Ambassade chrétienne internationale à Jérusalem (ICEJ).
Le pasteur Malcolm Hedding a été ordonné au ministère par les Assemblées de Dieu et un implanteur d’églises. Il est considéré comme un théologien de premier plan dans le monde sioniste chrétien actuel, ayant servi pendant 11 ans comme directeur exécutif de l’Ambassade chrétienne internationale de Jérusalem (ICEJ).
Ses longues années d’engagement dans cette sphère, depuis 1976, lui ont valu beaucoup de respect et l’estime de ses pairs au sein du monde juif et chrétien.
Article tiré de : https://malcolmhedding.com/teachings/the-ephraim-doctrine/

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :