Coronavirus : le Conseil fédéral maintient les mesures de protection et appelle la population à se faire vacciner

Berne, 11.08.2021 – Lors de sa séance du 11 août 2021, le Conseil fédéral a décidé de maintenir les mesures encore en vigueur. Celles-ci serviront désormais à protéger les structures hospitalières et non plus la population non vaccinée. Le retour à la normalité passe par une augmentation massive des personnes qui se vaccinent. Pilier de la lutte contre la pandémie, la stratégie de dépistage actuelle doit être poursuivie. Dès le 1er octobre, le dépistage des personnes asymptomatiques ne sera toutefois plus gratuit. Le Conseil fédéral met ces adaptations en consultation et prendra sa décision le 25 août 2021.

Actuellement, presque la moitié de la population en Suisse est entièrement vaccinée. Depuis le 11 juillet, la courbe des primovaccinations ne progresse toutefois quasiment plus, alors que les cantons affichent suffisamment de capacités. Le Conseil fédéral estime dès lors que toutes les personnes qui souhaitaient se faire vacciner ont pu le faire. Conformément à son modèle des trois phases (protection, stabilisation, normalisation), il a donc décidé de passer à la phase de normalisation qui débute justement lorsque toutes les personnes qui souhaitent se faire vacciner ont pu le faire.

En raison de l’évolution incertaine de la situation épidémiologique (dynamique négative, retours de vacances, variant delta) et parce qu’une surcharge des structures hospitalières ne peut pas être exclue, le Conseil fédéral a décidé de maintenir le dispositif limité et bien accepté de mesures restantes (par exemple, masques à l’intérieur et dans les transports publics, certificats pour les grandes manifestations et les discothèques). Il procédera à une nouvelle évaluation de la situation et à une éventuelle adaptation des mesures lors de sa séance du 1er septembre 2021, lorsque les conséquences des retours de vacances seront mieux visibles.

Pour le Conseil fédéral, la priorité est désormais de protéger les structures hospitalières et non plus la population non vaccinée. Il ne prendra de nouvelles mesures qu’en cas de menace de surcharge des hôpitaux. Dans cette phase de lutte contre la pandémie, contrairement aux deux phases précédentes, un dispositif de mesures strictes n’est plus adapté car il limiterait trop les personnes vaccinées et guéries dans leurs activités sociales et économiques. Cela signifie aussi que de nouvelles mesures auront selon toute vraisemblance un effet moins rapide et moins marqué pour décharger les structures hospitalières. Le Conseil fédéral rappelle aux cantons qu’ils sont tenus, conformément à la loi sur les épidémies, de prendre des mesures en cas de hausse régionale des infections et de surcharge de leurs capacités hospitalières.

Appel à la responsabilité individuelle

Pour le Conseil fédéral, cette nouvelle phase est synonyme d’un renforcement de la responsabilité individuelle. Etant donné que toutes les personnes vivant en Suisse vont être à un moment donné confrontées au COVID-19, le Conseil fédéral juge qu’une hausse des infections, des hospitalisations et des décès est inévitable. Pour la population, la vaccination reste le moyen le plus efficace de se protéger contre une infection au COVID-19 et de graves complications. Le Conseil fédéral encourage les personnes non vaccinées à le faire rapidement. De ce fait, les cantons doivent s’assurer que la population puisse continuer à se faire vacciner, et facilement. La Confédération lancera une nouvelle campagne d’information le 16 août.

Adaptation de la stratégie de dépistage

Les tests restent une mesure importante pour contrôler la pandémie, interrompre les chaînes de transmission et empêcher une surcharge des structures hospitalières. Ils permettent de détecter les infections à un stade précoce, de prendre des mesures ciblées et locales et d’éviter des mesures générales plus contraignantes. La stratégie actuelle de dépistage de la Confédération repose sur des tests répétés dans les écoles et les entreprises ainsi que sur des tests préventifs. Depuis le printemps 2021, la Confédération prend en charge le coût de tous ces tests. Les tests répétés dans les écoles, les entreprises et les établissements de soins continueront d’être financés par la Confédération. Le Conseil fédéral appelle les cantons à organiser des tests répétés dans les écoles et contribuer ainsi à la protection des plus jeunes. Il leur demande également de rendre obligatoires les tests répétés du personnel non vacciné des établissements de soins et des EMS pour protéger les personnes particulièrement vulnérables.

Le Conseil fédéral propose par contre, à partir du 1er octobre, de ne plus financer les tests pour personnes asymptomatiques (tests dits de convenance) ni les cinq auto-tests par mois pour les personnes non vaccinées ou guéries, à l’exception des enfants jusqu’à 12 ans et des personnes qui ne peuvent pas se faire vacciner. Les personnes non vaccinées ou non guéries qui souhaitent participer à un événement où le certificat est obligatoire devront dès le 1er octobre payer elles-mêmes leur test ou se faire vacciner dans l’intervalle.

Le Conseil fédéral propose également que les personnes sans symptômes puissent à leurs frais participer individuellement à des tests PCR salivaires groupés (pool), par exemple dans des pharmacies, et avoir ainsi accès à des diagnostics plus fiables et des tests moins onéreux. En cas de test négatif, la personne recevrait un certificat. Le Conseil fédéral met ces adaptations en consultation auprès des cantons et des commissions parlementaires et prendra sa décision le 25 août 2021.

Augmentation du forfait de vaccination pour les cabinets médicaux prolongée

Le forfait que reçoivent les cabinets médicaux pour chaque vaccination, qui avait été augmenté temporairement à 24,50 francs jusqu’à fin juin, est prolongé jusqu’au 30 septembre 2021. Lors de sa séance, le Conseil fédéral a approuvé l’adaptation de la convention négociée par les partenaires tarifaires pour la prise en charge de la vaccination contre le COVID-19.


Adresse pour l’envoi de questions

Office fédéral de la santé publique,
Infoline Coronavirus +41 58 463 00 00
Infoline Vaccination COVID-19 +41 58 377 88 92


Département fédéral de l’intérieur (DFI)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :