YERUSHALAIM SHEL ZAHAV

YERUSHALAYIM SHEL ZAHAV

Avir harim tzalul kayayin
Vereiach oranim,
Nisa beru’ach ha’arbayim
Im kol pa’amonim.
Uv’tardemat ilan va’even
Shvuyah bachalomah,
Ha’ir asher badad yoshevet,
Uvelibah chomah.

Yerushalayim shel zahav
Veshel nechoshet veshel or
Halo lechol shirayich ani kinor. x2

Chazarnu el borot hamayim
Lashuk velakikar,
Shofar kore behar habayitba’ir ha’atikah.
Uvame’arot asher baselah
Alfei shmashot zorchot,
Ve’shuv nered le yam hamelach
Bederech Yericho!

Ach bevo’i hayom lashir lach
Velach lik’shor k’tarim,
Katonti mitze’ir bana’ich
Ume’acharon ham’shorerim.
Ki shmech tzorev et hasfatayim
Ki’neshikat saraf ,
Im eshkachech Yerushalayim
Asher kulah zahav…

YERUSHALAIM SHEL ZAHAV
The mountain air is clear as wine
And the scent of pines
Is carried on the breeze of twilight
With the sound of bells.

And in the slumber of tree and stone
Captive in her dream
The city that sits solitary
And in its midst is a wall.

Jerusalem of gold
And of bronze, and of light
Behold I am a violin for all your songs.
x2

We have returned to the cisterns
To the market and to the market-place
A ram’s horn calls out on the Temple Mount
In the Old City.

And in the caves in the mountain
Thousands of suns shine –
We will once again descend to the Dead Sea
By way of Jericho!

Jerusalem of gold
And of bronze, and of light
Behold I am a violin for all your songs.
x2

But as I come to sing to you today,
And to adorn crowns to you (i.e. to tell your praise)
I am the smallest of the youngest of your children (i.e. the least worthy of doing so)
And of the last poet (i.e. of all the poets born).

For your name scorches the lips
Like the kiss of a seraph
If I forget thee, Jerusalem,
Which is all gold…

Jerusalem of gold
And of bronze, and of light
Behold I am a violin for all your songs.
x2

YERUSHALAIM SHEL ZAHAV
L’air de la montagne est clair comme du vin
Et l’odeur des pins
Est emporté par la brise du crépuscule
Au son des cloches.

Et dans le sommeil de l’arbre et de la pierre
Captive dans son rêve
La ville solitaire
Et en son milieu se trouve un mur.

Jérusalem d’or
Et de bronze, et de lumière
Voici que je suis un violon pour toutes vos chansons.
x2

Nous sommes retournés aux citernes
Au marché et à la place du marché
Une corne de bélier crie sur le mont du Temple
Dans la vieille ville.

Et dans les grottes de la montagne
Des milliers de soleils brillent –
Nous descendrons à nouveau vers la mer Morte
En passant par Jéricho !

Jérusalem d’or
Et de bronze et de lumière
Voici que je suis un violon pour toutes vos chansons.
x2

Mais comme je viens te chanter aujourd’hui,
Et pour vous orner des couronnes (c’est-à-dire pour dire votre louange)
Je suis le plus petit du plus jeune de vos enfants (c’est-à-dire le moins digne de le faire)
Et du dernier poète (c’est-à-dire de tous les poètes nés).

Car ton nom brûle les lèvres
Comme le baiser d’un séraphin
Si je t’oublie, Jérusalem,
Qui est tout en or…

Jérusalem d’or
Et de bronze et de lumière
Voici que je suis un violon pour toutes vos chansons.
x2

‘»Voici ce que dit l’Eternel: Je retourne à Sion, et je veux habiter au milieu de Jérusalem. Jérusalem sera appelée ‘ville de la vérité’, et la montagne de l’Eternel, le maître de l’univers, ‘montagne sainte’. ‘

Zacharie 8:3

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :