Voulons-nous une loi de ségrégation en Suisse ?

Aktualisiert am: 21.05.2021

Hanspeter Lang évoque les risques d’une loi qui, prétextant la nécessité de donner une base juridique durable à la situation actuelle, pourrait pérenniser les pouvoirs exceptionnels du Conseil fédéral et, concrètement, briser l’égalité des citoyens, vaccinés ou non et en fin de compte, leur liberté. On parlerait alors de ségrégation. Il y a deux ans, tout le monde aurait ricané à cette évocation. Aujourd’hui, après plus d’une année de bouleversements, la population doit-elle s’y résigner? Il reste encore la prière. Et une consigne de vote sans ambage ni fioriture.

Précisions:

  • Il ne s’agit pas de retirer au Conseil fédéral les pouvoirs que lui confère le droit d’urgence, mais bien d’assurer que ces pouvoirs ne soient pas étendus comme si la Suisse était en guerre, la seule situation qui justifierait l’octroi durable de tels pouvoirs exceptionnels.
  • Le texte figurant dans le livret de vote ne reflète pas l’état actuel de la législation. On se contente d’y faire référence, sans citation ni lien qui permettrait par exemple de trouver les deux amendements de décembre 2020 et de mars 2021 sur le site de la Confédération. Aucune trace non plus dans le dossier de la loi Covid 19, même les numéros des lois et règlements n’y figurent pas

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :