Vitesse et temps

A l’heure ou le monde s’étonne de la situation avec les réseaux sociaux et le partage de leurs données, il est temps de se demander si il ne serait pas préférable de revenir aux anciennes méthodes, du papier et du crayon.

Pas besoin de recharger son crayon pour écrire, il faut juste le tailler de temps à autre.

Pas besoin d’ordinateurs ou de smartphones coûteux.

L’avancée technologique est une bonne chose, parfois mal utilisée. C’est regrettable et c’est une électronicien spécialiste en télécommunications qui vous le dit…

C’est moins rapide, certes.

N’est-ce pas là le problème de l’humain actuellement, la vitesse ?

Savoir vivre avec son temps ne veut pas dire savoir vivre en courant après le temps. Hors, c’est ce que nous faisons tous les jours. Nous allons vite faire les courses. Vite envoyer un mail, vite un texto…

Tout l’organisme est touché par cette recherche de vitesse. Notre santé en prend un coup. C’est vraiment dommage. Mais on nous laisse pas le choix, dit-on.

Vraiment ? Faut-il encore en prendre conscience et changer de comportement.

Nous avons tellement perdu l’habitude de s’arrêter et réfléchir que nous en sommes devenus incapables. Suffit de voir le comportement général: A peine levé de son lit que Facebook est déjà dans nos mains. Dans le bus, incapable de parler à son voisin, nous nous occupons les mains et l’esprit avec les derniers post de nos amis et des publicités qui nous harcèlent.

La génération presse bouton du tout tout-de-suite est une véritable souffrance. L’impatience générale fait que nous courons dans tous les sens, recherchant un sens à notre vie, entendant toutes sortes de nouvelles (rarement bonnes) qui nous démoralisent et nous pousse à chercher encore, toujours plus loin.

Qu’est-ce que l’homme cherche à combler comme ça. N’est-ce pas là la preuve flagrante d’un manque profond de l’âme ?

Alors nous mettons toutes sortes de Bouddha chez nous, des attrapes-rêves, etc. Pour nous amener la paix. Est-ce vraiment ce qu’apportent ces « grigris » ?

La Vérité est ailleurs, mais celle-ci n’est pas cachée elle est sous nos yeux.

Cherchons, oui cherchons encore et Il se laissera trouver si nous le recherchons d’un cœur sincère.

Car Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne périsse point, mais qu’il ait la vie éternelle. Dieu, en effet, n’a pas envoyé son Fils dans le monde pour qu’il juge le monde, mais pour que le monde soit sauvé par lui. Jean 3:16-17

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :